Thibault de MONTBRIAL conseille de nombreux décideurs d’horizons divers sur leurs stratégies. 

Sur la base de valeurs forgées depuis sa création en 1998 dans le traitement régulier de dossiers pénaux sensibles, son cabinet se consacre également à d’autres domaines d’intervention, en France et à l’étranger.

Une équipe combative se consacre à ses côtés au service des entreprises comme des particuliers, en conseil, négociation et contentieux (judiciaire, disciplinaire et arbitrage).

Son savoir-faire et son engagement sont en particulier reconnus dans le domaine de la défense des victimes de crimes, de délits, ou d’accidents ; des professionnels de la sécurité (publique et privée) ; ainsi que dans la défense des intérêts des personnes contraintes à recourir à la légitime défense.

Dans le cadre de ses différents domaines d’activité, ce cabinet de niche intègre avec pragmatisme l’ensemble des considérations, juridiques mais également humaines et contextuelles, propres à chaque dossier, afin de proposer au client une stratégie sur mesure dans et hors du prétoire (communication de crise notamment).

La diversité des clients qui accordent leur confiance au cabinet est le gage de son indépendance.

Les derniers articles de presse

1606, 2016

Se préparer à prendre et à rendre les coups

L'avocat Thibault de Montbrial défend la création d'une réserve citoyenne autorisée à porter des armes dans les lieux publics.

306, 2016

Terrorisme – Montbrial : « Il faut aller plus loin dans le permis de port d’armes en France »

Entretien. Thibault de Montbrial est un avocat pénaliste au barreau de Paris, président du Centre de Réflexion sur la Sécurité Intérieure et auteur de « Le sursaut ou le chaos » Plon 2015.

3105, 2016

Relaxe pour le CRS filmé en train de malmener un migrant à Calais

La vidéo, tournée par des activistes pro-migrants en mai 2015, avait fait le tour des réseaux sociaux et provoqué une vaste polémique. Un CRS intervenant à Calais a été relaxé ce mardi matin par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

2705, 2016

Dans la nuit d’une terreur sans fin

Pour les victimes, une seule chose compte désormais : qu'on empêche cette bête humaine de recommencer. Il est près de 2 heures du matin. Il fait froid. Les rues sont désertes, le dernier bus est passé depuis longtemps. Stephanie ne s'en inquiète pas. De Gentilly, la proche banlieue sud de Paris où elle vient de passer la soirée, à la porte d'Orléans où elle habite, il n'y que le périphérique à traverser.